Leading & Coaching Academy

Leading & Coaching Academy

Supervision de coachs

Découvrir
27 novembre 2018 : Conférence "Aidez vos coachés à remettre de la sérénité et du plaisir dans la parentalité" (Infos et Inscription)
17 décembre 2018 : Soirée de présentation des formations certifiées au coaching (Infos et Inscription)

Supervision de coachs

La supervision du coach est obligatoire, comme pour toute pratique professionnelle qui a trait à l'être humain.


Groupe de supervision continue

La supervision est indispensable pour les coachs et elle doit être faite dans un cadre professionnel et rassurant.

La supervision collective est une occasion magnifique de confirmer ses qualités de coach et de voir les points qui peuvent encore être améliorés. Avec comme support la théorie des 7 regards du superviseur en coaching, nous explorerons avec bienveillance la qualité de votre travail.

Ce groupe sera un outil de développement tant professionnel que personnel, car il est évident que le Coach se remet en question en tant que personne quand il est supervisé. C'est ce qui le fera grandir !

Il est recommandé de venir au minimum deux fois avec des enregistrements de vos séances.


Durée : 4 sessions de 1/2 journée réparties sur une année

Prérequis : Avoir terminé la formation Coach Niveau 2 de la Leading & Coaching Academy ou être certifié ACC chez ICF

Organisation : Inscrivez-vous en ligne, nous lancerons un groupe lorsque nous aurons 4 participants.

Tarifs Indépendants : 750 euros + TVA
Tarifs Entreprise : 1.000 euros + TVA

Les quatre sessions sont à payer à l'inscription (il n'y aura pas de remboursement ou de rattrapage en cas d'absence. Les dates seront sélectionnées ensemble).

Je souhaite m'inscrire Groupe de supervision continue.

Supervision individuelle

Supervisions individuelles possibles avec nos deux superviseurs.

Tarifs avec Eliane Joris : 120 euros + TVA
Tarifs avec Pierre-Jean De Jonghe : 150 euros + TVA

Je souhaite commander des séances de supervision individuelle.



Les bénéfices de la supervision

Voici comment la SF Coach insiste sur la nécessité de se faire superviser pour éviter les transferts et contre-transferts :

La supervision sert également à aider le coach à repérer les phénomènes de transfert chez le coaché à son égard. Par transfert, on entend les phénomènes de répétition affectifs et émotionnels déjà vécus par le sujet dans un autre cadre, dans le cadre familial par exemple. C'est dans la parole que se manifeste le transfert et la supervision doit permettre au coach de travailler sur ce mode oratoire. Que faire avec un coaché enlisé dans un discours opératoire, enlisé dans ce que l'on pourrait appeler un "délire de réalité" ? Que faire lorsque le coaché nous bassine les oreilles, en nous décrivant pour la énième fois de façon détaillée, et il faut bien le dire aussi de façon un peu ennuyeuse, les arcanes de son "usine à gaz" avec ses organigrammes (phénomène fréquent, soit dit en passant chez les sujets de structure obsessionnelle ou limite) ? Que faire avec un coaché enlisé dans un discours de séduction à l'égard du praticien avec sa demande d'amour quasi "pathologique" (phénomène caractéristique chez les sujets de structure hystérique) ? Que faire avec un coaché bavard, qui ne veut rien entendre, rendu sourd par sa propre logorrhée ? Que faire avec un coaché mutique, qui ne décoince pas, et qui se contente de répondre à vos questions sans le moindre commentaire, sans la moindre élaboration ? Que faire avec un coaché enlisé dans la jouissance masochiste de sa plainte, jouissance qui, précisément, lui interdit de se mettre au travail pour atteindre le but qu'il s'est fixé ? Comment lever, avec tact et doigté bien entendu, les résistances du coaché au processus même de coaching ? Que faire avec un coaché qui, sous couvert de coaching, entreprend une psychothérapie "by the way" ? Que de questions, que de questions ... On soulignera ici, qu'à l'inverse de ce qui se pratique dans une analyse, le transfert, s'il doit bien être repéré, ne doit jamais être analysé...

La supervision sert également à faire travailler le coach sur son contre-transfert, c'est-à-dire sur ses sentiments, ses émotions, son vécu, par rapport à son coaché. Il est ainsi indispensable d'éviter que le praticien projette ses préjugés, ses lubies, ses marottes, ses convictions morales, politiques, ou religieuses, sur son coaché. Et puis que signifie ce désir d'aider, car il faut toujours se méfier de ce que l'on pense être bien pour l'autre. Par ailleurs, est-ce que le coaché le séduit, l'énerve, l'ennuie, l'agresse ? Que faire de ces émotions ? Sans le savoir, le coaché peut mettre le doigt sur une corde sensible de la vie du coach, de sa vie professionnelle, personnelle, sentimentale, ou familiale. Si le contre-transfert est à la fois inévitable et nécessaire, il ne doit pas submerger le praticien, au point de lui faire faire n'importe quoi, au préjudice de son coaché.

ICF - International Coach Federation
ICF - International Coach Federation
ICF - International Coach Federation
ICF - International Coach Federation
ICF - International Coach Federation
  


Siège social

Rue Joseph Desmet, 66
1332 Rixensart (Genval) - Belgique

02 652 08 58 (+32 2 652 08 58)